Sélectionner une page

Présentation de l’éducatrice canin Tarn

Il n’y a pas une éducation canine mais autant d’éducations que de chiens et que d’éducateurs ou éducatrices canin. Dans le Tarn ou ailleurs, le professionnel est là pour vous aider au niveau de l’éducation de votre chien, de votre relation à votre animal et de son intégration dans la société. Pour cela, il vous transmet ce qui lui semble nécessaire au regard des circonstances qu’il observe mais aussi en fonction de ses propres connaissances, de son expérience générale et de ses valeurs. Il existe autant de parcours différents que d’éducateurs. Et, la diversité des formations, tout comme le peu de réglementation du secteur ne permet pas toujours de faire un choix éclairé. Il peut être difficile pour le maître désireux de se faire accompagné de choisir parmi les différents professionnels. J’écrirai plus en détail sur mon blog à propos des formations et des différents courants en éducation canine. En attendant je choisis la transparence et vous livre sur cette page une présentation de mon parcours d’éducatrice canin et de la façon dont j’aborde mon métier, dans le Tarn. J’espère que cela vous inspirera la confiance nécessaire pour aller plus loin avec moi.

Mon parcours en récit...

 

Mon parcours initial : avant les chiens

Je m’appelle Maria, j’ai la trentaine et je suis maman de deux enfants. Nous sommes dans le Tarn depuis 2018. Bien qu’éducatrice canin, je n’ai pas eu la chance de vivre entourée de chien(s) depuis mon plus jeune âge. Et ce n’est pas faute d’avoir réclamé un compagnon canin durant mon enfance laughing ! Jusqu’en terminale je voulais travailler avec les animaux mais différents éléments m’ont finalement fait prendre une autre voie. J’ai eu une formation d’ingénieure agricole avec quelques années d’études à l’étranger. Durant 7 ans, j’ai navigué parmi différents domaines (environnement, aménagement du territoire, aide au développement, géoinformatique, sciences humaines…) sans réellement « me trouver ».  Je me suis alors tournée vers le développement personnel. Aujourd’hui, cela fait 10 ans que je travaille sur moi en profondeur grâce à l’Art de la Guérison Individuelle (AGI), méthode développée par Valérie Tardy. C’est au cours de ce travail de transformation personnelle que mon attrait pour le chien est ré-apparu, en 2016.

Le « mauvais départ » avec mon premier chien, Naam

Durant environ un an et demi, j’ai lutté pour ne pas prendre de chien. En effet, seule avec deux enfants en bas-âge, mes conditions de vie étaient difficiles. Même si je savais que j’allais prendre un chien avec nous, même si je le voulais, je voulais prendre mon temps. « Malheureusement », les propositions de chiots à donner ont commencé à parvenir jusqu’à moi. Et lorsqu’il fut question de la portée d’une chienne que je connaissais et aimais beaucoup, j’ai passé le cap, peu sûre de moi. Il s’agissait d’un boxer, né chez des personnes de ma famille.

Je voulais bien faire les choses et j’ai appelé une éducatrice avant son arrivée à la maison. Au cours de la première et unique séance avec elle, j’ai perdu toute confiance en les éducateurs canins. En effet, je n’ai pas réussi à stopper la séance mais je m’en liquéfiais. La personne alternait le fait de pousser à la faute mon chiot de deux mois et demi et de le sanctionner. Elle a été jusqu’à lui passer un collier étrangleur pour « apprendre » les balades en laisse. Elle agitait au même moment une balle pouic partout autour du chien. Je l’ai laissé prendre sa photo et partir. Puis j’ai eu énormément de mal à appeler un autre éducateur canin.

A la recherche de solutions: l’impasse

J’ai commencé assez rapidement à avoir des problèmes avec Naam. J’avais trouvé un club canin en super positif mais c’était assez loin de chez moi. Je n’étais pas en mesure de m’y rendre chaque semaine. Naam était super dans le travail sur le terrain, toutefois je n’avais pas les outils pour régler les soucis que j’avais à la maison. En effet, les différents conseils que j’ai reçu ne fonctionnaient que temporairement. Puis j’ai changé de région et de contexte de vie en pleine adolescence de mon chien et ce fut l’apothéose des problèmes. En soi, rien dans son propre comportement ne fut dramatique mais les circonstances furent explosives.

J’ai vu d’autres éducateurs, toujours à la recherche du « positif ». J’ai même commencé à me former. Malgré tout, la résultante fut que j’ai fait replacer Naam, pour lui, pour moi et pour mes enfants. En effet, j’ai compris à mon grand regret que j’étais dans une impasse quand je me suis rendue compte que tous les week-ends et à chaque vacances scolaires je me retrouvais à devoir choisir entre m’occuper de mon chien et (bien) m’occuper de mes enfants. Lors de ma formation au brevet professionnel, j’ai du remettre en question mes présupposés sur l’éducation canine. J’ai enfin pu sortir de l’opposition entre éducation positive et éducation coercitive ou traditionnelle. C’est une autre voie qui s’est ouverte à moi sur la connaissance du chien et qui me semble plus en accord avec ma propre expérience d’humaine.

Conclusion de l’éducatrice canin que je suis devenue, aujourd’hui dans le Tarn

Le récit complet de mon histoire avec Naam est bien plus long que cela. Je peux résumer en disant que: Naam a fait les frais de sa génétique et peut-être de soucis à l’élevage, de mes problèmes personnels et de mon incapacité à lui offrir ce dont il avait besoin à cette période, des circonstances, et bien entendu d’une certaine méconnaissance ambiante, de la mienne en premier lieu ainsi que celles de certains professionnels. Je suis allée jusqu’au bout de ce que je pouvais avec lui à un moment de notre existence. Malheureusement je ne pourrai jamais vérifier si ce que j’ai appris par la suite aurait pu changer le cours des choses (si jamais le passé n’en était pas surprised). Je souhaite à mon premier chien d’être aujourd’hui épanoui dans sa famille, qu’il a trouvé début 2020.

Ici, je vous livre ce récit qui a fortement teinté mon parcours dans l’éducation canine ainsi que ma formation. En effet, c’est en quête de comprendre que j’ai persévéré dans l’éducation canine. Et ce, sans même avoir mon chien à mes côtés.  Je suis à présent très bien sensibilisée* à la prévention et au casting chien-humain mais également et peut-être surtout aux différents discours qui prévalent dans le monde canin. Mon intention en tant qu’éducatrice canin est de sortir de toute idéologie, jugement ou perception biaisée par l’égo (autant que faire ce peut!) afin de connaître ce qu’il est juste de faire à un moment donné pour tel chien dans telle situation.

jeune boxer bringé

*au sens éthologique du terme!

Ma formation

 

  • 2019-2020 : brevet professionnel « éducateur canin » à Caniscool / CFPPA DE Pézénas (le BP est seul diplôme d’état pour ce métier)

 

  • 2018-2019 :  Doggycoach 2.0 chez Patrick Aufroy (cours en ligne sur 6 mois avec regroupement d’une semaine pour études de cas sur le terrain)

 

  • 2017-2019 : rencontre de différents éducateurs et différentes méthodes en tant que propriétaire de chien , accumulation d’erreurs qui me forment encore aujourd’hui

 

 

  • plus tôt : formation d’ingénieur agricole, voyages et différents intérêts

Maria Le Blévec, éducatrice canin

Mes valeurs

 

  • L’ouverture. Je ne veux m’enfermer dans aucun dogme sur l’éducation canine ni préjugé sur les chiens ou les personnes que j’accompagne. Je fais ce que je sens le plus juste (et au mieux) dans une situation telle qu’elle est sachant que j’en fais moi-même partie wink.
  • La responsabilité. Je suis responsable de mes actes, de mes pensées et de mon état tout comme mes clients et leur(s) chien(s) le sont eux-même. Chacun a sa part dans le processus éducatif que personne d’autre ne peut leur prendre. Il en va de même pour l’intégration du chien au sein de la société.
  • Le partage. J’ai à cœur de partager avec mes clients tout ce qui pourrait les aider. Outre les conseils et techniques, je partage aussi ma vision et mon ouverture sur le monde canin. Je considère les humains ainsi que les chiens égaux. J’apprends de mes expériences avec chacun.
  • L’apprentissage en continu. Malgré mon diplôme obtenu, je me considère au début de ma formation. Celle-ci se construit en continu via mon expérience, mes recherches ainsi qu’auprès d’autres professionnels et formations.

Positive, bienveillante, respectueuse?

J’ai du mal à qualifier l’éducation canine que j’exerce. En effet, chacun des mots employés couramment pour qualifier des types d’éducation canine est soumis à interprétation et la plupart me semblent déjà galvaudés. Toute personne éduque avec son individualité, son expérience et ses croyances et même s’il existe différentes écoles et différents courants dans le monde de l’éducation canine, chacun fera son travail ou éduquera les chiens avec ce qu’il est. Voilà sûrement pourquoi j’ai écrit cette longue présentation.

Pour résumer je me sens proche de l’éducation positive et c’est une évidence pour moi de travailler dans le respect de l’animal. Pour autant je me méfie des idéaux et des extrêmes, dans lesquels j’ai pu moi-même tomber auparavant. Je considère que la plupart du temps, la base et le gros du travail sont de renforcer le lien chien-maître en améliorant leur compréhension mutuelle et la cohérence des humains. Pour établir mes programmes, je prends en compte la personnalité du chien, sa sensibilité et son état émotionnel mais aussi tous les éléments du contexte (donc les humains!). Je cherche le meilleur compromis à un moment donné pour aider à la fois le chien et sa famille humaine. Mon but est l’équilibre et l’harmonie de toute la famille, multi-espèce! Je considère que je travaille dans le respect et la bienveillance mais je ne bannis pas pour autant toute notion d’autorité. J’ai eu plusieurs écoles avec des visions différentes sur le chien et son éducation. Malheureusement ou heureusement, je ne peux affirmer où est la vérité absolue! Je continue donc d’apprendre et je m’adapte aussi à ce que j’observe chez le chien et ses humains avec ma propre sensibilité et mon intuition. J’échange beaucoup avec mes clients et au final c’est à eux que les décisions pour l’éducation de leur chien reviennent.

L'apport du développement personnel dans mon approche d'éducatrice canin

Le travail de développement personnel que j’effectue depuis une dizaine d’années à une grande importance dans ma vie pour ce qu’il m’a permis de traverser « intacte ». Cette expérience est si profonde qu’elle impacte toutes les sphères de ma vie. On peut qualifier ce travail de spirituel. C’est donc avec cette expérience en moi que j’aborde mon métier d’éducateur canin. Outre le fait de m’aider personnellement à me lancer dans mon métier, cela m’aide en de nombreux points.

Compréhension de l’être humain et du chien

Nous sommes tous de la même nature. Au travers de ma pratique de développement personnel, je comprends peu à peu ce qu’est l’existence humaine ainsi que son fonctionnement. Sans aller jusqu’à faire de l’anthropomorphisme, ce travail m’aide également à comprendre les chiens, qui ont la même nature que nous ainsi que tout être vivant.

Rester neutre et ouverte

D’une part grâce au développement personnel je sors peu à peu de mes conditionnements et j’ai donc de moins en moins d’émotions et d’automatismes qui m’affectent. D’autre part j’y apprends à avoir un regard neuf sur les choses, sans jugement ni projection. Tout cela n’est pas encore parfait (j’ai encore des conditionnements en moi smile)! Mais cela m’amène certainement à une vision plus neutre et objective dans mes observations, que ce soit auprès de mes clients ou dans le monde plus vaste du chien. Si jamais ce n’est pas le cas, que par exemple je ressens une ou des émotion(s), cela se transforme en occasion de travailler sur moi !!

Intuition

Le travail sur soi et le fait de se libérer de ses conditionnements laisse plus de place à l’écoute, à l’intuition et à la créativité.

Accompagnement de mes clients

On dit souvent en éducation canine qu’il faut éduquer le maître avant le chien et que le travail à faire se situe pour la majorité des cas sur l’humain plus que sur le chien. Ma propre expérience devient donc un atout précieux pour l’accompagnement de mes clients. Outre les conseils classiques donnés par tout éducateur canin, je peux aussi leur donner des pistes pour regarder en eux si cela est nécessaire et judicieux.

You cannot copy content of this page
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial